Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 22:02

L-amchi.JPGLa route est sinueuse et promet d’être longue sur ce cordon de piste qui n’en finit pas. Plus de trois heures aller-retour pour une soixantaine de kilomètres. L’enjeu en vaut la chandelle. Aujourd’hui, il s’agit d’aller à la rencontre d’un homme qui soigne par les plantes et ce, depuis 20 ans déjà. En France, on pourrait le qualifier de naturopathe. Nous l’attendons chez lui dans une maison propre et modeste. Il récolte des plantes dans les montagnes himalayennes, en contrebas de sa porte. Plantes qu’il complète avec d’autres espèces qu’il achète au Penjab (certaines sont importées). Il fait sécher ses plantes au feu de bois, les réduit en poudre et fait ses assemblages. Plantes à l'état brutPlusieurs mélanges de plantes sont nécessaires pour soigner une maladie. L’amchi est enfin entré dans la pièce. Après avoir préparé les différentes potions pour le fils d’un vieil homme venu le voir exprès, je me prête à mon tour à recevoir son diagnostic. Il saisit ma main droite pour prendre mon pouls, puis en fait de même avec ma main gauche. C’est comme s’il avait lu à l’intérieur de moi. Allons-y donc pour soigner ma sensibilité aux migraines, renforcée avec la haute altitude. Je repars avec une ration d’une poudre - pliée dans un petit papier - à prendre le matin et une autre poudre à avaler le soir, et ce pendant 7 jours…

 

Par Plume - Publié dans : Ladakh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 21:46

Pop-corn-ladhki-et-farine-d-orge.JPGTandis que nous attendons patiemment l’arrivée de l’amchi, retenu à un conseil de villageois, nous sommes l’objet de toutes les attentions. La maîtresse de maison nous offre du thé, puis apporte du beurre. Je vois le moment où je vais devoir goûter au fameux thé au beurre salé. J’en bois quelques gorgées, mais je ne peux en avaler plus. Le mélange me donne un haut le cœur. Ensuite, elle dispose de la farine d’orge, que l’on peut malaxer avec du thé au fond d’un bol pour en faire une boulette à croquer. Le goût est agréable en bouche. Ensuite, arrivent des grains d’orge grillés, éclatés. Sonam, notre guide, un brin facétieux me lâche dans un éclat de rire : « voici le pop corn ladhaki ». J’en croque des poignées, avec bonheur. C’est vraiment délicieux !

 

Par Plume - Publié dans : Ladakh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 24 septembre 2014 3 24 /09 /Sep /2014 21:48

 

1.JPGCette bourgade proche de Kargil, a l’intérêt de se situer au bord d’une rivière à l’onde claire et très fraîche. Le bruit du torrent après les cris et la poussière de la route a quelque chose de familier et de reposant. Nous allons nous installer dans un campement pour quelques jours. Au cœur du mois d’août, les familles s’activent aux champs. 2.JPGAccroupis, serpette à la main ils moissonnent leurs champs de blés et d’orge. Dans ce village cohabitent à merveille musulmans et bouddhistes. Une belle leçon d’un vivre ensemble pacifique, en ces temps où la folie humaine se déchaîne sur l’autre, le différent. J’aime l’atmosphère paisible de ce lieu, les rires des enfants et le bruissement des blés mûrs…

 

 

Par Plume - Publié dans : Ladakh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 septembre 2014 6 20 /09 /Sep /2014 17:37

Mediter_3.JPGQuittons Srinagar (1768 m d’altitude) et son bouillonnement omniprésent pour Kargil (2750 m) et le petit village de Shergol. Commence alors l’acclimatation progressive à la haute altitude.  Une jolie surprise nous attend avec cette « mise en jambe » de 3h00 et 500 mètres de dénivelés pour atteindre 3300 mètres à la découverte du site Urgyen Dzong où se situent des  grottes de méditation. On y accède en traversant un conduit étroit, retiré entre deux falaises hautes et escarpées. Mediter_4.JPGLa montée se fait sur des échelles, puis se poursuit par des lacets qui grimpent aisément. Arrivés là-haut, je suis saisie par cette atmosphère si particulière. Un espace large et ouvert, riche d’une énergie forte. Des drapeaux de prière flottent au vent. Certains sont fixés sur des promontoires imprenables. Je m’imprègne de cette énergie de vie qui me dépasse et me nourrit.

 

Par Plume - Publié dans : Ladakh
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 12 septembre 2014 5 12 /09 /Sep /2014 21:54

Lac Dal 1Srinagar au nord-ouest de l’Inde est située dans la vallée du Cachemire, à 1 768 mètres d'altitude, sur le lac Dal formé par la rivière Jhelum  et ses affluents. Un bon début pour commencer l’acclimatation progressive à l’altitude ! Le tour complet du lac fait 40 km. Lac-Dal_7.JPGSur ce lac, fourmille toute une vie de besogneux. On y cultive sur de petits lopins de terre émergées, des légumes divers et variés. Tandis que des habitants ont investi dans des house-boats pour accueillir les touristes étrangers. Lac Dal 6Les allées et venues se font à travers des passages bordés de joncs, à bord de jonques à fond plat, glissant à la lisière de l’eau, ponctuées par les battements réguliers de l’unique pagaie qui sert à diriger les embarcations. Malheureusement, le Lac Dal est atteint d’une malédiction. Ses fonds sont colonisés par des algues qui sont régulièrement retirées pour éviter qu’il ne s’asphyxie. Les couleurs évoluent au fil des heures du jour.

 

 

Par Plume - Publié dans : Ladakh
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Recherche

Derniers Commentaires

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recommander

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés