Dernier vendredi de novembre. Quoi, déjà ? Rien vu passer de ce mois, sinon des jours blindés qui se sont succédés à des semaines... Ma formation de deux jours s'est achevée en avance sur l'horaire prévu. Chouette ! Je m'éclipse en direction de la Gare de Lyon. A Nation, je saute dans le RER qui devrait me déposer en une station à ma première destination. Annonce dans un haut-parleur, un colis suspect vient d'être détecté, un périmètre de sécurité vient d'être installé. Les wagons qui se remplissent restent à quai, immobile. Qu'importe, j'opte pour l'option Métro, ligne 1 et arrive à la Gare de Lyon, avise une file moins imposante que les autres, gonflées à bloc de passagers, en instance, en partance ou non, fichés dans "les départs immédiats". Pas de chance, pas de TGV disponible pour me transporter avant le mien prévu à 18h46, j'adore ces horaires de départ improbables. Qu'à cela ne tienne, je vais m'occuper quand je suis hélée par une de mes cousines germaines avec laquelle je vais papoter jusqu'à l'heure dite, de mon départ annoncé... Le hall grouille d'une foule dense, téléphone greffé à l'oreille qui se meut Un-vendredi.JPGcomme elle peut. Le tableau des départs dégueule son lot de retards qui s'amoncellent les uns sur les autres. Dehors, à la campagne, la "province" se rebelle et se courbe sous les assauts des premières neiges. Les catainers détestent ça le froid  et ça coince, forcément. Mon TGV n'échappe pas à l'atmosphère ambiante et affiche stoïquement un petit 20 minutes de retard, qui se mue en 40 minutes de retard. Quand enfin le tableau d'affichage annonce notre quai au numéro 13 ! Ca ne s'invente pas.

Plus tard, notre train ralentit puis, s'immobilise. Nous les voyageurs prisonniers sommes gentiment priés de ne pas descendre de voiture, en rase campagne au cas où il nous ait pris l'envie d'aller taquiner la bise, dehors à la nuit plus que tombée. Le TGV s'immobilise enfin avec une heure trente de retard sur l'horaire initial d'arrivée en Avignon. L'horloge du hall de gare inscrit 23h. Dehors, il fait moins deux degrés. La borne fait grise mine et n'accepte plus que le paiement en liquide, je n'ai pas un brin de monnaie sur moi... Mon pare brise est givré et je gratte, gratte, les doigts presque congelés. Chez moi, le thermomètre affiche péniblement 15 degrés en bas et 13° dans ma chambre. Une fin de semaine plutôt originale d'un vendredi soir sur la terre.

Retour à l'accueil