Soir-d-ete.jpgLa cour de l’Hôtel Dieu à Carpentras vibre ce soir d’un élan particulier au son des mélodies de cet artiste qui me fait vibrer. Rythme accroché au corps, il saute de la scène, se mélange à la foule, qu’il fend tout en chantant.

Le public oscille comme une vague, scande les mots, raccordé à  la musique. Lui nous parle de sa vie de métis. Il est là bien présent à l’auditoire qui sautille, se déhanche et frappe dans les mains, en écho à ses gestes. Il remanie « La Marseillaise » qui dans ses mots revêt d’autres messages.

« Donne-moi une vie… alors ose… Angela… Aux rêves citoyens… ». Cette nuit, nous avons assisté à une tranche de vie emplie d’espoir retrouvé. Je n’ai plus de voix, ni de mollets, emplie de belles sensations…

Retour à l'accueil