Cela fait bien longtemps que cela ne m’était plus arrivé.

Hier soir, en escale chez des amis tout proche de Valence j’ai posé mon sac, me suis laissée happer. Comme si plus rien autour de moi n’existait.

Je passe le début de soirée – les yeux rivés sur l’écran - à sourire et rire aux

Dedans.JPG

propos d’une grappe d’écrivains qui dissertent sur l’amour et ses dérivés.

Lui revient quelques heures plus tard après avoir chanté.

Je le connais depuis un moment déjà.

Nous avons des choses à nous confier mutuellement.

Prendre le temps de se réapprivoiser.

Nous voilà partis à converser sur nos vies et leurs sautes d’humeur.

Le temps s’est brusquement arrêté, comme suspendu au-dessus de nos têtes.

Je me sens bien là, dans le moment, juste à ma place.

J’ai confiance.

Les aiguilles ont filé, déroulé de longues heures, infinies.

A cette heure avancée de la nuit, il est grand temps d’aller nous reposer.

Demain, il fera jour et les yeux vont picoter…

Retour à l'accueil