Cabanne-berger.jpgSur la montagne, voilà où j'aimerais me nicher, pour m'isoler, faire le vide, poser les valises, ne plus penser, me reposer.

Quant y a plus d'jus, y a plus d'jus !

L'énergie s'est comme enfuie, et je voudrais en faire de même.

Juste pas longtemps, histoire de "casser" ce rythme infernal, cette spirale du "je dois, il faut que"...

Même plus le temps de prendre le temps sans chrono, ni échéance.

Là-haut, je serais bien le temps de rien...

Retour à l'accueil