Reflet-sur-l-etang.JPGSamedi dernier, au beau milieu de cet après-midi montpelliérain, je m’échappe vers ce lieu que j’affectionne. Niché au cœur de la ville. Hors du temps, hors d’atteinte, comme préservé du bruit et de l’ennui. Je le retrouve, longtemps après l’enfance, passée à jouer dans ces allées et recoins qui me semblaient mystérieux. Depuis plusieurs mois, j’ai renoué avec cet endroit. Dès que je peux, je m'échappe, vole vers lui, ne serait-ce qu’un court moment. M’extraire, flâner, rêver… Cette fois-ci, j’emprunte la première allée face à l’entrée. En quelques foulées, je le découvre planté là, criblé de petits papiers roulés en boule ou pliés consciencieusement, lovés dans les replis de l’écorce torturée par les ans. C’est là que les amoureux échangent leurs p’tits mots doux semble-t-il. Nous l’avions cherché en vain l’hiver dernier. Voilà que je l’ai identifié, l’arbre à secrets…

Retour à l'accueil