Vers-Niolon.jpg

 

 

 

L'étendue est peinte de bleu, à l'infini. Elle porte bien son nom cette côte, bleue.

Nous marchons dans la file des baladeurs du dimanche qui progressivement s'effiloche. Notre allure est soutenue. Entraîner le souffle, maintenir le rythme, garder la tonicité et la souplesse du coeur. Le printemps est en fleurs, parsème des touches de couleurs, emplit l'air d'odeurs de garrigue et de pierres sèches sur lesquelles le soleil ricoche.

 

 L-approche.jpgL'approche de cette calanque de Niolon, nichée dans une courte anse, est soudain périlleuse pour moi. Je n'arrive pas à sauter le mètre quatre-vingt restant jusqu'au sol. Un marseillais bienveillant se présente pour me cueillir sur ses épaules et me déposer sur les galets épars. Sueur froide, coulée de chaud. Le soleil cogne fort à pleins reflets sur les galets blancs. A l'horizon lointain, la Bonne Mère, perchée. L'eau est diablement froide, me saisit les mollets. Je n'irais pas au-delà...

Retour à l'accueil