Irréel...

Ce soir, le vent rue dans les brancards, se lâche puissant et violent. Les bourrasques cognent et déplacent, tout ce qui traîne sur leur passage. De retour d’Utopia, j’ai dû mettre pied à terre à plusieurs reprises, pour éviter de choir lamentablement au sol, vélo par-dessus tête. Les nuages ont plié bagage, emportés par la tourmente mugissante. Je me rappelle de coups de boutoir analogues, en soirée nocturne, au pied du Mucem. Le ciel s’était paré d’un drap bleu, irréel… Sensation d’un monde qui tourne la page.

 

Retour à l'accueil