Gris blancLe ciel se vide de sa colère si bien contenue, gronde et tambourine. Parfois, s'énerve un peu plus fort, s'invective en lançant des éclairs. Par intermittence, les murs tremblent, les vitres résonnent. Ca va claquer. Plus rien.

Au-dedans, le poëlle ronronne et donne de la quiétude. Soudain, la cuisine est habitée d’un sifflement. L’air ambiant s’est emplit d’une odeur de légumes mijotés, promesse d’une soupe façon maison, chaude et veloutée. Vide fait de cette semaine accomplie. J’écris, je lis, je me remplis.

Le gris vire au blanc, à l’apaisement…

 

Retour à l'accueil