Fete-des-coeurs.jpgJeudi 14 février, la fête des cœurs ! J’écris un peu après coup, à retardement. Du rouge et des cœurs accrochés partout. Des fleurs par brassées, des mots doux d’amour et des chocolats en forme de cœur à croquer…

Ce soir-là, la correspondance se lit entre Alexandra et Philippe, entre David-Neel et son époux, sur le papier. Ils se sont beaucoup écrits, tandis qu’elle l’intrépide assoiffée d’espaces et de liberté filait vers ce Tibet, inaccessible. Joli moment d’écriture à l’écoute de cette lecture au « Théâtre du verbe Fou ». Ca ne s’invente pas. Un moment suspendu, comme hors du temps et pourtant si contemporain sur ces cœurs qui s’aiment mais avec une certaine distance, qui meuble l’absence…

Retour à l'accueil