ContrebasseDans l’air du soir venant,

Juste avant le couchant,

Une contrebasse s’est invitée

En reflet,

Surplombant l’onde immobile, de ce lavoir désaffecté

En cet automne tout juste arrivé

Pour dessiner sur ce mur, cette couleur mordorée

Et si cette contrebasse se mettait soudain à jouer,

L’air des feuilles mortes, qui se ramassent à la pèle

Et constellent

Les chemins creux,

de tapis moelleux…

Instant saisi, au vol

Celui de la rencontre inopinée

Avec cette contrebasse fugace, qui m’a envoûtée

Du côté, de Vers-Pont du Gard…

 

Retour à l'accueil