Aerien_2.jpgCette après-midi, après une matinée passée à phosphorer sur le programme d’actions 2013 (eh oui déjà ; au boulot, on s’y prend tôt !), me voilà embarquée baudrier vissé aux hanches sur un parcours aventure dénommé le « trou du renard », surplombant le Verdon. L’expérience promet des frissons, je ne le sais pas encore. Nous sommes sept collègues prêts à tenter l’expérience d’un sentier aérien, équipé de cordes, d’une poutre mobile, d’une tyrolienne accrochée de part et d’autre du vide absolu. Je suis accrochée telle la palourde à son rocher, les jambes tétanisées. J’ai peur d’y aller. La perspective de l’abîme m’impressionne. Je me laisse glisser. La sensation de vertige s’est évanouie en même temps que je me lançais. Plus tard, le saut de tarzan, une descente en à-pic comme en rappel qui se finit en descente en accéléré (comme dans les rêves de chute…). Sur les rebords, les rires fusent, puis le silence et la concentration pour sécuriser les prises. Deux heures de rien, en osmose avec les parois nues, concentrée sur l’effort et le plaisir. Des neurones nettoyées pour quelques heures. C’est bien bon !

Retour à l'accueil