Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...
Plongée intérieure...

Je pénètre dans cet endroit que j’affectionne particulièrement. Cette église des Célestins, naguère de culte, transformée depuis plusieurs années en lieu d’exposition, a été restaurée récemment. Les aspérités et dénivelés ont été gommés. Demeure cette impression de majesté. L’espace est plongé dans l’obscurité, et pour cause. Nous sommes face au chœur, un silence règne. L’air exhale çà et là, des soupçons d’humidité. Une lumière s’allume, dévoile sur le côté droit, un corps de femme allongé. Progressivement d’autres figures de femmes apparaissent, déployées en corps entiers, dressées ou alanguies. Comme déposées sur un plateau à l’horizontal. Soudain, ces corps féminins se reflètent dans les profondeurs, soulignant la beauté du décor environnant. La voute et les colonnes se reflètent à leur tour, grâce à la magie d’un plan d’eau sur lequel les œuvres sont installées. L’effet est saisissant. Je suis hypnotisée par la beauté de l’effet. Subjuguée par cette plongée intérieur…

Photos prises dans l’Eglise des Célestins (Exposition d’Ernest Pignon-Ernest : Extases – Les mystiques). Photos soumises au respect du droit d’auteur.

Retour à l'accueil