Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...
Feel great...

Lundi de Pâques, le soleil perce avec timidité à travers un ciel laiteux. Comme s’il se recroquevillait, tel un confiné. C’est d’actualité. Les oiseaux, eux continuent de chanter, les tourterelles, de roucouler. L’impression d’être sur un ilot, isolée dans cette campagne gardoise qui s’éveille à ce printemps tout neuf, perturbé. Il ne manque que le sable et la mer, en bruit de fond. Soudain, je suis transportée au gré des flots, à quelques encablures de Faro, au sud de l’Algarve. A bord d’un modeste canot, je sens mon corps balloté, fouetté par les embruns. Par intermittence, des brassées d’eau de mer, salées me sautent au visage. Je suis les mouvements chaloupés de l’embarcation. La traversée dure une petite heure. Je débarque sur le ponton de l’île déserte, qui porte bien son nom. J’emprunte un chemin recouvert de traverses gondolées par l’air marin, envahi de temps à autre par des fleurs qui ont poussé dans les jointures. Je marche, nez au vent et mes pensées s’envolent, accrochées à ce cerf-volant surgi au loin, au-dessus de la ligne d’horizon. Je me sens pousser des ailes. Je pourrais presque prendre mon envol. Me détacher du sol et de ce qui m’alourdit pour vivre en grand et me libérer. Plus loin, le chemin débouche sur une plage, fréquentée par des mouettes et des goélands qui dansent au gré des courants, d’air. Mes pieds nus foulent le sable chaud qui s’écarte sous l’empreinte de mes pieds. Tiens, des panneaux d’indication ! Robinsonne Crusoé va pouvoir se poser, sans sourciller.

Feel great…

Photos prises sur l’île déserte (Faro – Portugal. Périple Lisbonne Séville à vélo - Printemps 2018). Photos soumises au respect du droit d’auteur.

Retour à l'accueil