Douce lassitude...
Douce lassitude...
Douce lassitude...
Douce lassitude...
Douce lassitude...

Place aux Herbes. Le soleil filtre à travers le feuillage tout neuf des platanes. Tu écris à nos amies, laisse parler ton coeur. Le soleil dessine des ombres au sol de la place qui s’est vidée de ses chalands, à la fin du marché replié. Les terrasses déployées bruissent d’une énergie printanière nouvelle. L’air s’est parfumé d’effluves de muguet, en ce premier mai, qui revêt cette année une saveur particulière. Des sensations enfouies – longtemps retenues – ressurgissent du tréfonds. Comme si elle avaient attendues ce moment propice, cet instant-là, où l’avant s’est effacé, laissant place neuve au présent, à l’après.

Une chevelure auburn accroche mon regard puis disparaît de mon champ de vision.

Emotion,

Sens lâchés,

Evaporés.

De temps à autre, des pigeons survolent la place, alanguie. Je me laisse baigner par la tranquillité de cette table, de fin de repas, comme touchée par la grâce de ce moment suspendu, auréolée de soleil, habitée d’un bien-être, longtemps recherché.

Douce lassitude…

Photos prises à Uzès et soumises au respect du droit d’auteur.

 

 

Retour à l'accueil