Sous le manteau...
Sous le manteau...
Sous le manteau...
Sous le manteau...
Sous le manteau...
Sous le manteau...
Sous le manteau...

La ville s’est barricadée, repliée à l’intérieur de ses remparts pour se protéger des assauts et de soubresauts, risquant de mettre en danger ses habitants et bâtiments. Avignon, ville désertée de ses habitants. Avignon en état de siège. Avignon, ville morte. Je m’échappe avant d’être bloquée sur un des ponts. Celui de l’Europe affiche déjà une file de véhicules immobilisés, attendant désespérément de pouvoir le franchir. Je fais demi-tour pour attraper le pont Daladier et filer à travers Les Angles, vers Collias où je rejoins quelques connaissances pour une séance d’embouteillage de vin. Les Cabotines sont sur le départ d’un grand voyage et voilà qu’elles doivent vider le caveau, vendre tout le matériel de cave, mettre en bouteille la dernière récolte qui patientait en barriques. Voilà que les ateliers se mettent en place. Cela commence par le trempage et vidage des bouteilles que l’on fait sécher sur un support adapté. Les bouteilles sont acheminées vers la barrique de laquelle le vin est soutiré et dont on les remplit. Une machine manuelle permet de fermer les bouteilles par un bouchon en liège. Les bouteilles sont ensuite rangées en cartons par six. L’opération nous a demandé un peu de manutention, ponctuée par des rires et des bribes de chansons. La fin de cette belle journée d’entraide s’est clôturée par un apéro dînatoire et jubilatoire. Le bon vin et l’amitié forment une alliance parfaite. Nous aurons le loisir de prolonger le plaisir de déguster cette ultime cuvée, embouteillée sous le manteau, de retour dans nos chaumières respectives.

Photos prises lors de l’embouteillage (Caveau des Cabotines - Collias - Gard). Photos soumises au respect du droit d’auteur.

Retour à l'accueil