Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...
Le Bois du Cazier...

Autour de ce terril s’étendait un bois ou plutôt une forêt appartenant à un certain Monsieur Cazier. Une mine de charbon a fonctionné ici pendant 145 années jusqu’en fin 1967, au moment de la crise charbonnière. Ce charbonnage fût le théâtre d’un terrible accident survenu le 8 août 1956, tuant 262 mineurs dont plus de la moitié étaient des italiens venus en Belgique pour gagner leur croûte. Ce lieu perpétue la vie à la mine et témoigne de la catastrophe. Une stèle haute et large égrène sur la pierre le nom de chaque mineur qui perdit la vie ce jour-là. On y découvre d’anciens baraquements où étaient entassés les prisonniers allemands lors de la 2ème guerre mondiale, transformés en logements ouvriers pour les mineurs et leurs familles, faute d’habitations suffisantes pour loger ce surcroît de main d’oeuvre. Il y a aussi la salle des pendus où les mineurs suspendaient leurs effets à un crochet, en échange de quoi ils récupéraient une lampe avant de se tasser avec leurs congénères dans un wagonnet qui s’engouffrait dans les entrailles de cette terre noire. Moi qui n’ai jamais été confrontée par mon histoire familiale à la vie de la mine, je ressors de ce lieu non sans une certaine émotion. Nous aurons passé près de trois heures dans ce lieu mémoriel, au Bois du Cazier.

Photos prises au sud de Charleroi (Wallonie - Mars 2019). Photos soumises au respect du droit d’auteur.

Retour à l'accueil