Elle s'appelait Simone...
Elle s'appelait Simone...
Elle s'appelait Simone...

Elle s’appelait Simone…

Simone, comme Simone Veil, la seule et l’unique.

Longtemps j’ai pensé que le jour où elle disparaîtrait serait une triste journée.

Une journée particulière, marquée par un grand vide.

Celui de l’absence d’une grande dame au parcours à nul autre pareil.

Sa personnalité me fascinait dans son parcours si riche et si rempli, qui lui fit échapper à la mort dans les camps, essuyer les quolibets et les attaques dans un hémicycle remonté contre ce projet de Loi qu’elle aura défendu avec maîtrise, son combat pour les femmes jusqu’à son intronisation comme académicienne.

Il en faudrait des lignes et des lignes pour détailler son portrait.

Pour l’instant, absorber la nouvelle de sa disparition. L’honorer intérieurement. La remercier pour tout ce qu’elle nous a apporté et qu’elle va nous laisser en héritage.

Je retiendrais parmi les traits marquants de sa personnalité et pour m’en imprégner, sa persévérance, sa patience, sa pugnacité, sa capacité de libre parole même en milieu hostile, sa foi en la vie et en l’esprit.

Je me sens orpheline aujourd’hui d’une âme forte qui va trouver le repos et continuer de m’habiter et de me faire vibrer.

Elle s’appelait Simone…

Photos soumises au respect du droit d’auteur : Claire Rubat du Mérac, écrivain-photographe

Retour à l'accueil