The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...
The Angel...

Joli nom pour un pub à l’histoire ancienne, plein de promesses. Logé en surplomb de la rive droite de la Tamise, lorsque l’on arrive du London Tower bridge, ce pont basculant très caractéristique de la capitale. Nous arrivons à pied à l’Angel, juste à l’heure du coup à boire. L’intérieur est « dans son jus » : des murs recouverts de lambris de bois très foncé ; une légère sensation d’humidité (le fleuve est tout proche) ; un comptoir en zinc équipé de robinets prêts à remplir les verres qui s’accumulent, en ringuette. Nous nous accoudons pour commander notre pinte (prononcer Pai-nt). Même pas peur. On dirait deux habituées. Munies de notre munition, nous avisons un escalier étroit sur le côté qui nous même à une discrète terrasse étroite et toute en longueur. Contre le mur du pub une banquette de bois parcours la terrasse de bout en bout. Quelques tables sont disposées et il n’y a plus qu’à s’installer face à la Tamise, après avoir patienté un p’tit moment le temps qu’une place se libère. Je regarde passer les bateaux. A nos pieds, le bruit du ressac du fleuve agité de remous, intermittents. Un homme gratte le sable d’une maigre plagette, sûrement à la recherche de coquillages ? La bière glisse à merveille dans mon gosier, assoiffé par cette chaude journée. Le ballet fluvial me fascine et c’est l’instant photographique. Je guette l’ange, en vain… Il se gausse au-dessus de nos têtes, qui commencent à dodeliner sous l’effet du breuvage. The Angel…

Photos soumises au respect du droit d’auteur : Claire Rubat du Mérac, écrivain-photographe

Retour à l'accueil