Sensations fortes...
Sensations fortes...
Sensations fortes...

Le troisième jour d'acclimatation va se passer au fil de l'eau. Nous rejoignons d'autres passagers d'un bus, qui doit nous conduire jusqu'à Chilling, située vers l'entrée de la vallée du Zanskar. Une descente d’une trentaine de kilomètres en rafting sur la rivière du même nom, nous y attend jusqu’à la jonction entre les rivières Zanskar et Indus, à Nemo. L'acheminement prend son temps, se met au diapason du temps ladakhi. Nous y contribuons en arrivant quelque peu en retard, au lieu de rendez-vous. Un groupe de jeunes indiens – par un détour dans un village - ne fera que renforcer le retard, bien marqué au final. Nous quittons la route goudronnée principale reliant Leh à Kargill, pour emprunter une route étroite et sinueuse, tantôt piste, tantôt recouverte de bitume. Deux véhicules peuvent à peine se croiser et dans ce cas, c’est plutôt épique. En contrebas, la rivière s’agite de remous. A l’arrivée, les pneumatiques ne sont pas là. Ce qui nous laisse le temps d’enfiler les combinaisons et les chaussures qui vont bien avec. La descente est très animée avec certains passages essuyant des murs d’eau, suivis de creux qui me semblaient abyssaux. La température de la rivière est très froide et nos pieds en fin de descente sont figés, complètement gelés. J’ai craint de voir notre embarcation se retourner ou d’être moi-même éjectée. Notre équipage a tenu bon, sans aucune avarie, ni chavirage.

N.B. Indus à gauche et Zanskar à droite.

Retour à l'accueil