Haute comme trois pommes...
Haute comme trois pommes...
Haute comme trois pommes...

Nous arrivons à la Lamdon School, à l’heure de la sortie des classes. C’est le 11 Août, avant-dernier de voyage et date à laquelle je vais rencontrer ma filleule. Les enfants de tous âges en uniformes s’interpellent en criant, s’éparpillent dans la cours ; pour certains partent à pied ; d’autres filent vers le bus qui les ramènera dans leur famille, pour ceux qui peuvent la rejoindre, à la fin de la journée. Les pensionnaires se dirigent vers leur dortoir pour se changer, troquer l’uniforme contre une tenue plus décontractée ; se laver à grand jets d’eau froide, au seul et unique robinet de la cours d’école. Ensuite, c’est le goûter pour ceux qui ont faim. Ma filleule Chospal Dolma, prévenue de mon arrivée fait sa toilette et s’habille. Je découvre le dortoir qui accueille ses nuits d’enfant. Par la fenêtre proche de son lit, j’aperçois le Monastère de Leh, haut perché. Elle est sous bonne protection. Je suis guidée par Christine, qui représente l’association Hope qui a décidé d’accompagner une poignée d’enfants jusqu’au marché tibétain pour faire des achats de vêtements, grâce à un petit budget alimenté par des parrains et marraines. Chospal est toute intimidée. Une plus grande lui met son chapeau à rayures blanches et rouges sur la tête et nous sortons attendre le groupe des garçons qui viendra avec nous, faire les emplettes. Deux à trois enfants étaient prévus, puis six. Au final, nous enfournons 12 gamins dans un taxi collectif et nous voilà partis « en ville ». Avec douze enfants en charge, je suis un peu frustrée de ne pas pouvoir me consacrer pleinement à Chospal et ce d’autant plus que le temps avec elle est compté. Petit à petit, son visage s’éclaire. C’est une enfant espiègle, dont le sourire me fait comprendre qu’elle heureuse dans cette nouvelle vie. Je suis ravie de savoir qu’elle s’épanouit, au contact d’autres enfants, pour grandir et avoir un métier, dans quelques années.

Retour à l'accueil