Une journée presque ordinaire…
Une journée presque ordinaire…

Hier matin. J’attends l’heure du départ de mon TGV pour Paris, à 6h01. La précision a son importance. Qu’importe ce détail horaire. Notre train est annoncé avec un retard de 15 minutes, puis de 20. J’espère secrètement qu’en roulant, le train récupèrera une partie du retard. A l’arrivée, il s’est allongé et s’élève à 30 minutes. Je file dans les entrailles de la Gare de Lyon, là où des grappes humaines vont et viennent dans un flux ininterrompu, comme un grondement sourd. Une fourmilière en pleine activité. Je passe mon ticket de métro dans la borne, il est refusé ; de même que le 2ème en réserve. Démagnétisés. Je fais machine arrière, tente une borne, pour acheter un carnet. Après deux tentatives, la machine ne fonctionne pas. Et là, surprise, je me retourne. Un p'tit rayon de soleil. J’aperçois le sourire franc du fils d’une amie proche qui me dépanne de deux tickets. Lui aussi est dans le rouge, un peu pressé car il est en retard, tout comme moi. Quarante minutes plus tard, je sors enfin de ce trou béant et j’approche de la place, où se tient ma réunion. Une camionnette barre la rue. J’aperçois un attroupement. Un accident ? Un essaim d’hommes en noir, armés et tendus empêche les passants de circuler. Je tente de me frayer un passage, discrètement, quand je me fais rembarrer. « Quartier bouclé, vous ne pouvez pas passer». Dire que ce matin, j’ai eu la tentation de rebrousser chemin, en découvrant le retard de mon train. J’explique mon cas. Décline mon identité à une personne qui organise un Colloque sur l’agriculture urbaine, qui se tient au même endroit que ma réunion. Une centaine de personnes est annoncé. J’aperçois ma collègue munie de la liste de participants. Il faut montrer patte blanche. Nous parvenons à franchir le barrage policier, mis en place car une évacuation d’un camp improvisé de réfugiés, en plein Paris est en cours. Ca me noue les entrailles. De retour, le TGV ralentit bien à l’avance et accuse un retard de 10 minutes. Peccadille, par rapport au reste de la journée ! Une journée presque ordinaire…

Retour à l'accueil