Laisser aller nos pas...
Laisser aller nos pas...Laisser aller nos pas...

Le vent s'est levé sur Lisbonne, un grand habitué de cette ville, laissant émerger des pans de bleu, après le gris en dégradé de la veille. Chassant la pluie qui nous a cueillies sur le tarmac, à notre arrivée en terre portugaise. Dans cette cuisine partagée, la lumière pénètre par les deux fenêtres, ouvertes sur une façade émiettée qui part en lambeaux, ceintes de quelques échafaudages branlants. Scène plutôt courante à Lisbonne qui fait l'effet d'une ville en chantier permanent. Je bois mon thé à petites gorgées. "L'heure douce", tout un programme en ce début de journée.

Retour à l'accueil