Traverser...
Traverser...

Il y a deux ans, nous cheminions à pied le long de la vallée de la Markha, au Ladakh. C’était l’été, en plein mois d’Août. Cette vallée est traversée par une rivière que l’on peut franchir en empruntant quelques ponts improvisés. Parfois, il n’y a pas d’autre moyen que de le faire, à pied. Je me revois, quand il nous a fallu franchir le premier gué, pied nus, bousculées par le fort courant, maintenues chacune par le guide et le porteur. Nous n’avions pas eu le temps d’anticiper. Nos chaussures amphibies étaient restées dans le sac du porteur qui s’en était délesté de l’autre côté du gué. L’eau était glaciale, je ne sentais plus mes pieds, saisis par la brutalité de la température, plus que fraîche. Au milieu de la rivière, je me suis tétanisée, bloquée en mode pause prolongée, incapable de continuer d’avancer. Je ne sais comment j’ai réussi à puiser au-dedans de moi un sursaut d’énergie pour me dégager de cette inertie et atteindre l’autre côté de la rive. Aujourd’hui, je dois traverser une période délicate dans ma vie ; trouver les ressources qui vont m’aider à me propulser à nouveau. "À qui sait attendre, le temps ouvre les portes"

Photo prise au Ladakh. Vallée de la Markha (Août 2014)

Retour à l'accueil