50 kilomètres...

Une de ces journées d’hiver que j’affectionne particulièrement. Au petit matin, l’atmosphère est froide, à peine trois degrés. Le ciel est dégagé, d’un bleu perçant, sans vent. A 10h30, nous sommes tous enfin prêts à enfourcher nos vélos, impatient d’aller vagabonder dans les petits chemins de traverse, dégagés de la circulation dense des grands axes routiers. Le rythme est plus tranquille cette fois-ci, dépourvu de montées marquées. A la mi-journée, nous avons parcouru près d’une trentaine de kilomètres. Le pic-nic arrive à point nommé, le long d’une sorgue sur laquelle ricochent quelques rayons de soleil. Il fait bon et je retire quelques couches de vêtements. La table en pierre s’est remplie de boissons et de victuailles à partager. Vous reconnaîtrez un fameux carburant auquel la plupart d’entre nous ont goûté. Plus tard, à l’heure du goûter, un court arrêt auprès d’un charmant petit pont restauré en 2015, permet de terminer le reste des agapes de midi avec une gorgée de cidre. Notre circuit s’achève vers 16h30, alors que le soleil entame sa course vers le couchant. Cinquante kilomètres s’inscrivent au compteur en trois heures vingt-quatre. Petit régime et grand bol d’air.

Retour à l'accueil