Ligne d'eau

Dans ce lac artificiel, aux abords duquel des arbres ont été implantés, je me suis jetée à l’eau. Je dépasse assez vite la ligne d’eau qui délimite un espace de baignade surveillée. Je continue de nager, à mon rythme tout en évitant les pédalos en nombre qui sillonnent le lac, de tous côtés, sans forcément me voir. J’atteins au bout d’un petit moment l’extrémité gauche et m’assois sur ces marches, avant de replonger en sens inverse avec le vent de face, pour rejoindre la rive. En m’approchant de la ligne d’eau derrière laquelle s’agglutinent bon nombre de vacanciers, j’ai la sensation d’avoir osé dépasser mes limites, d’avoir nagé sans but précis, pour m’apercevoir que j’ai réussi à parcourir une certaine distance. De retour, j’observe le Ventoux, qui se nimbe d’une corolle de nuages blancs. Je me sens bien à cet instant précis.

Retour à l'accueil